Partagez cet article :

Facebook
Google+
https://www.annabelle-boyer.com/serrez-moi-la-main-pour-voir
Twitter
LinkedIn

La poignée de main peut sembler bien banale, mais elle révèle énormément d’éléments sur l’individu. Évidemment, ce qu’il importe, ce n’est pas seulement d’observer l’axe du poignet ou l’ouverture des doigts, mais bien l’ensemble du corps.

La science révèle la puissance de la poignée de main

Une étude de l’Institut Beckman Florin Dolcos portant sur les corrélats neurones d’une poignée de main est fort intéressante. Elle démontre à quel point ce geste permet d’évaluer notre interlocuteur. En effet, lorsqu’elle précède l’interaction sociale, la poignée de main renforce l’impact positif de l’approche. De plus, elle diminue l’impact négatif des comportements d’évitement sur l’évaluation de l’interaction sociale.

À l’aide d’imagerie de résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), la conductance de la peau et des réactions comportementales, les chercheurs ont montré la « sensibilité accrue observable dans l’amygdale et le Sillon temporal supérieur». Ces zones cérébrales sont liées à l’évaluation positive des comportements. En outre, les chercheurs ont indiqué que le « noyau accumbens», qui est une région de traitement de récompense, a montré une plus grande activité lorsqu’il y a une poignée de main. Cela veut dire que la poignée de main a un effet positif sur l’évaluation que l’on fait de l’autre.

Quelques éléments de base…

Christian Martineau mentionne que « la hauteur des gestes (élé) est en entière corrélation avec la satisfaction (faction). Ainsi, plus on est content, plus on tape des mains en hauteur. Moins on a apprécié ce que l’on a vu et plus nos mains sont basses. Il en est de même avec la poignée de main. Quelqu’un qui vous offre une main à la hauteur du ventre, ça va. Plus bas, ça dénote un inconfort, un manque de confiance en soi, une timidité.

En revanche, une poignée qui arrive de haut et qui «tombe» littéralement dans votre main peut aussi représenter une façon d’établir son territoire, de démontrer qui mène, de tenter de dominer. C’est d’autant plus vrai si la seconde main vient agripper le bras. Il est alors important de regarder si les pieds sont bien ancrés au sol ou si le poids est transféré vers l’arrière comme s’il était déjà prêt à partir.

Enfin, le corps est-il orienté vers l’interlocuteur ou est plutôt un peu de profil? Dans ce dernier cas, il indique que la personne n’est pas tout à fait avec vous, ne souhaite pas (ou ne peut pas) prendre le temps de vous saluer correctement. Dans un prochain texte, nous traiterons des axes de tête et des micromouvements permettant de préciser l’interprétation de cette posture.

Poignée de main

Une poignée de main avec laquelle le coude est plié, collé sur le corps obligeant l’autre à s’approcher de vous : vous l’amener à entrer dans votre univers, vous forcer une proximité. L’autre peut y réagir positivement ou négativement en allongeant son bras pour «créer» de la distance ou en vous suivant. Il sera intéressant de regarder si la seconde main participe, devient totalement inactive (malaise) ou sert de bouclier.

Évidemment, une poigne dure qui écrase les doigts crée un sentiment d’oppression, d’infériorité chez celui qui le subit. L’autre vient de chercher à démontrer sa supériorité, sa domination. Devant cette «agression», plusieurs ont tendance à transférer leur poids vers l’arrière, en d’autres mots, à se retirer et à fuir. Au contraire, demeurez bien ancrés au sol pour revendiquer votre place.

La personne qui ne vous regarde pas n’est pas avec vous, mais cela ne veut pas dire qu’elle vous manque de respect. Elle peut simplement être déjà «ailleurs» parce que préoccupée par quelque chose de dérangeant ou d’urgent. Habituellement, quand le regard n’est pas avec vous, le reste du corps ne l’est pas non plus…

Dans un prochain article, je traiterai des fameux croisements de bras et de jambes qui peuvent signifier bien autre chose que de la fermeture!

Suggestion de lecture : Je lis en vous, savez-vous lire en moi?

Annabelle Boyer, CRHA, M.Sc. Administration, synergologue, génagogue

[1] Martineau, Christian, Gagnon, Christine. Voir mentir, La société scientifique parallèle inc., 2009.

E-book et capsules vidéo gratuites!

Demandez et vous recevrez gratuitement le e-book indiquant les gestes à connaître pour ne pas se faire avoir et trois capsules pour savoir comment utiliser le langage corporel pour avoir plus de succès et prospérer. Apprenez aussi à lire le non-verbal des manipulateurs afin de vous en protéger.

Votre inscription s'est faite avec succès!